Tout comprendre de l’assurance auto bonus malus en Suisse

En quelques clics, trouvez la meilleure offre pour votre voiture

Lien notation comparateur santé
Intéressé par une offre ?
Soyez rappelé :
Ou contactez-nous :022 518 71 42

Le calcul d'une prime d'assurance auto en Suisse prend en compte le bonus ou le malus cumulé par l'assuré. Dans cet article vous découvrirez un décryptage du système de bonus malus en Suisse. Il permet de récompenser les bons conducteurs, en leur permettant de payer leur assurance moins chère. En revanche, la déclaration d'un sinistre peut avoir un impact considérable sur le prix payé. Heureusement, il existe quelques astuces pour limiter l'impact d'un sinistre sur le prix de son assurance de voiture.

Assurance auto bonus malus : comment ça marche ?

Le bonus et le malus se cumulent, en fonction des sinistres potentiellement déclarés à l'assureur.

Qu’est-ce qu’un malus en assurance auto ?

Le malus est en quelque sorte une part de prime à payer en plus, quand l'assureur a des raisons de considérer que son client est à risque. En assurance auto, le risque est mutualisé entre les différents conducteurs assurés. plus un conducteur présente de facteur, permettant de présager qu'il peut être responsable d'un sinistre, plus il va payer cher.

On considère ainsi que la déclaration d'un sinistre entraîne généralement une hausse de 10 %, sur le prix de la prime. Plus l'assuré cumule de sinistres responsables plus son malus sera important. 

Il est donc nécessaire d'être prudent sur la route, pour réduire au maximum le nombre de sinistres et le risque d'avoir un malus.

Qu’est-ce qu’un bonus en assurance auto ?

À l'inverse, le bonus est une façon de récompenser les conducteurs qui ne déclarent pas de sinistre. L'assuré pourra profiter d'une réduction de la prime à payer, proportionnelle au nombre d'années passées sans déclarer de sinistre responsable.

Un conducteur présentant un bonus important peut voir une différence importante sur les devis qui lui sont proposés.

C'est aussi pour cela que les jeunes conducteurs payent plus cher d'assurance. Ils n'ont pas encore cumulé de bonus, permettant de réduire le coût de la prime.

Qu’est-ce que le degré de prime ?

Le quotient appliqué à la prime, permettant de déterminer le montant payé par l'assuré dépend du degré de prime. Ce dernier prend en compte le bonus ou le malus cumulé par l'assuré.

Il est important de souligner qu'il ne s'agit pas des seuls facteurs pris en compte par la compagnie d'assurance. L'âge de l'assuré, ou le nombre d'années de permis seront aussi pris en compte. Il s'agit d'une nouvelle fois de mesurer le risque pris par l'assureur, à vous proposer un contrat. Une personne n'ayant que peu d'expérience sur la route est considérée comme un profil plus à risque.

Comment l’assureur calcule la prime d’assurance auto ?

L'assureur va tout d'abord calculer ce qu'on appelle la prime de base. Sera ensuite appliqué le degré de bonus, qui peut faire fortement payer le prix final annoncé à l'assuré.

L’étude du véhicule

La prime de base est calculée en fonction des caractéristiques du véhicule. Il s'agit de prendre en compte les caractéristiques du véhicule pour connaître les montants que l'assureur pourrait avoir à indemniser en cas de sinistre. Parmi les facteurs pris en compte, il y a : 

  • La valeur vénale du véhicule,
  • La puissance du moteur,
  • L'endroit où est stationné le véhicule la nuit,
  • La distance parcourue par l'assuré, sur une année d'assurance,
  • Le fait que l'assuré soit propriétaire ou locataire du véhicule.

Ainsi, plus une voiture est puissante, plus on va considérer que le risque de sinistre est important. Aussi, quand la valeur vénale du véhicule est importante, l'assuré peut avoir des sommes importantes à rembourser en cas de sinistre. Cela va impacter la prime de base en matière d'assurance auto Suisse.

Le choix des options

En Suisse, la responsabilité civile est obligatoire, pour couvrir les tiers en cas de sinistre responsable déclenché par l'assuré. Cela permet d'assurer l'indemnisation des dommages matériels et corporels causés, indépendamment de ses moyens financiers.

En plus de cette garantie obligatoire, l'assuré peut choisir de souscrire à une casco partielle, pour se garantir face aux éléments extérieurs. La casco collision lui permet quant à elle d'être couvert en cas de collision dont il est responsable.

À cela, peuvent venir s'ajouter de nombreuses autres options, comme l'assistance, l'assurance voiture parking ou encore l'assurance des objets transportés. Plus un contrat est complet, plus l'assurance est susceptible de coûter cher.

L’étude du profil de l’assuré 

L'assureur va ensuite étudier le profil de l'assuré. C'est ici que l'on prend en compte l'âge de l'assuré, sa durée de permis ou encore les sinistres qu'il aurait pu déclarer précédemment.

Cette analyse permet de savoir si un profil est plus ou moins à risque

D'autres facteurs peuvent être pris en compte comme l'adresse de l'assuré. Les clients résidant à la frontière d'autres pays comme la France et l'Allemagne peuvent par exemple avoir à payer plus cher, en anticipation de la possibilité d'un sinistre au-delà de la frontière suisse. 

L’application du degré de bonus

En fonction du profil de l'assuré, de son malus et de son bonus, on détermine le degré de bonus. Il permet d'appliquer un quotient à la prime de base. Plus le degré de bonus est proche de 1, moins l'assuré va payer cher.

À titre indicatif, le pourcentage à appliquer à la prime de base est compris entre 30 et 240 %. Cela signifie qu'une personne ayant un bonus au niveau maximum n'aura à payer que 30 % de la prime de base. En revanche, une personne ayant un malus important devra payer 240 % du prix de la prime de base, soit plus de 2 fois le prix de base.

Chaque compagnie d'assurances dispose de son propre barème. N'hésitez pas à vous renseigner avant de souscrire. 

Comment calculer son degré de bonus ?

Pour connaître votre degré de bonus, vous pouvez tout simplement le demander à votre assureur. Il est aussi possible de le calculer en fonction du barème pratiqué par ce dernier. Vous n'aurez qu'à apprécier le degré de bonus appliqué en fonction du nombre de sinistres déclarés sur les années précédentes.

La protection du bonus : une option utile

La protection du bonus est une option qui peut faire toute la différence sur le prix de votre prime. La plupart des assureurs proposent, en option, de protéger le bonus de leurs assurés, s'ils ne déclarent pas plus d'un sinistre par an. Cela permet aux clients de disposer d'une sorte de droit à l'erreur sur la route, sans se voir appliquer une surprime importante. 

Certains assureurs proposent même une protection du bonus à vie, quand le niveau maximum est atteint.

Qu’advient-il du bonus en cas de changement de compagnie d’assurances ?

Le bonus est conservé d'une compagnie d'assurance à l'autre. Le barème peut néanmoins être différent, l'impact sur le prix n'étant pas le même d'une compagnie à une autre.

La compagnie d’assurances peut-elle refuser un conducteur avec un malus important ?

Certaines compagnies d'assurances refusent les conducteurs ayant un malus trop important. Il faudra alors multiplier les devis auprès de plusieurs acteurs de l'assurance auto en Suisse, pour trouver celle qui accepte un profil fortement malussé.

Sachez aussi qu'à l'échéance du contrat, ou au moment de la déclaration du sinistre, l'assureur peut décider de ne plus assurer son client. C'est notamment souvent le cas en cas de faute grave commise par l'assuré, ayant entraîné un sinistre.

Antoine Léger responsable du département assurance non-vie chez Comparea.ch

Écrit par Antoine Léger - Responsable du département assurance non-vie chez Comparea. Pour en savoir plus sur notre équipe cliquez ici.

Voir aussi